GRAND PRIX DE PAU HISTORIQUE 2013 - LES COURSES

Le soleil est au rendez-vous dans le Béarn pour la journée des courses de l'édition 2013 du Grand-Prix de Pau Historique. Deux courses sont programmées pour chacun des plateaux, dont le Trophée Légende.

Les Palois habitués de la grasse matinée le savent, ils doivent faire une croix sur ce plaisir dominical à l'occasion des week-ends de Grand-Prix. Ce dimanche 12 mai ne déroge pas à la règle, puisque les épreuves débutent à 8 heures du matin, avec les monoplaces du début des années 1960 de Formule Junior. Suivent les Formule Ford et les Formule 1 des années 1950 avant d'arriver à 10h10 à la course des avant-guerre. 18 monoplaces sont au départ pour cette première course de 25 minutes, dont nos deux représentants de l'ACSO Classic avec des Bugatti 35 "dans leur jus".

Profitant de sa pole position acquise la veille, Thierry Chanoine réussit à conserver la première place sur sa Riley Dobbs de 1935, juste devant la Bugatti 35B toute jaune de Grégory Ramouna. Les deux hommes se détachent dès le premier tour, avec déjà près de 5 secondes d'avance sur les reste des monoplaces. Plus loin, Thierry Lafont peut participer à cette course, rassuré sur son train avant et malgré des problèmes persistants de coupure d'alimentation en virage qui le handicapent notamment au niveau du Pont Oscar. En tête, la Riley s'échappe tour après tour, et la cause semble entendue. Au septième tour, le leader rattrape Thierry Lafont et lui prend un tour à l'épingle du Lycée, imité par Grégory Ramouna dans la longue courbe du Parc Beaumont environ 5 secondes plus tard. De l'huile déposée par une Bugatti 51, peu après le Pont Oscar, rend la piste encore plus piègeuse pour la fin de cette course, une course remportée en 14 tours par Thierry Chanoine qui devance Grégory Ramouna de 8'955 et le 3ème de presque une minute. Thierry Lafont termine à deux tours, en 14ème et dernière position, ce qu'il résume ainsi, toujours avec le sourire : "J'ai conforté ma place de dernier malgré mon problème de coupure en virages !"

Avant de voir le programme se cloturer avec une épreuve réservée aux Minis, la deuxième course du Trophée Légende est donc à partir de 17h l'avant-dernière course de ce Grand-Prix de Pau Historique. Une course placée sous le signe de la revanche pour Grégory Ramouna qui souhaite offrir cette vue de sa Bugatti à tous ses adversaires...sdc13204.jpgLa grille de départ de cette deuxième course correspond au classement à l'arrivée de la course matinale. Enfin presque car personne n'est aux côtés de Thierry Chanoine en 1ère ligne, Grégory Ramouna préfèrant sagement ne pas prendre le départ de cette épreuve plutôt que de risquer le tout pour le tout sur la piste afin de remporter la course. 15 voitures s'élancent, et la Riley s'impose sans réel adversaire au terme d'une épreuve à grande vitesse et pleine de sensations fortes, en 14 tours et avec finalement 11 secondes d'avance sur la BMW 328 de Jean-Jacques Bally datant de 1939. Seul représentant de l'ACSO Classic, Thierry Lafont voit sa course prendre une autre tournure... dans le dernier tour ! "J'étais content, j'étais avant-dernier ! Soudainement, je vois en arrivant au virage de la gare que juste devant moi Bernard Arizteguy négocie mal son entrée dans la courbe. J'anticipe un éventuel tête à queue de la Bugatti 51, qui se produit d'ailleurs, je suis contraint de piler en plein virage et je cale ! En pleine trajectoire, je n'arrive pas à remettre en route ma voiture alors que la meute arrive derrière moi pour me prendre un tour, et ce juste sous les yeux de ma famille... Les commissaires réussissent à me pousser en dehors de la piste, j'arrive enfin à redémarrer et je peux repartir. J'ai été doublé, je suis donc dernier mais j'ai fini !" Thierry Lafont achève donc son Grand-Prix de Pau Historique avec une méritante 12ème place, à deux tours, et surtout la fierté d'avoir vu le drapeau à damiers à deux reprises. "C'est fabuleux de vivre ça ! On fait parti de quelques privilégiés, il faut en avoir conscience. On suscite même l'admiration de pilotes des autres plateaux pour avoir le courage de se lancer sur la piste avec ces machines !" Une Bugatti 35T de 1927 qui a fait preuve d'un beau potentiel, compte tenu des problèmes rencontrés qui ont couté plusieurs secondes par tour.

Il reste à tous ces passionnés, pilotes, propriétaires, mécaniciens, accompagnateurs, spectateurs, à se quitter, heureux d'avoir pu vivre un week-end de passion pure sur un circuit quasiment inchangé depuis 1933, et où les plus grands se sont illustrés.

Entre le Tour Auto Optic 2000 de fin avril et ce Grand-Prix de Pau Historique, de nombreuses anectodes seront donc au programme du prochain diner mensuel des membres de l'ACSO Classic, mercredi 22 mai. Un rendez-vous à ne pas manquer !sdc13066.jpgsdc13013.jpgEt un grand merci à Thierry Lafont pour nous avoir fait vivre cette épreuve de l'intérieur !

GP Pau Historique

L'intégralité de ce site, des photographies et des documents qui y sont présents sont sous copyright © Automobile Club du Sud Ouest. Tous droits de diffusion et de reproduction réservés.

N'oubliez pas le prochain repas de l'ACSO Classic

ce mercredi 23 août !

Pensez à réserver votre place auprès de l'ACSO