L'ESPRIT DES CATHEDRALES

Septembre 1996 : Monsieur Alain Juppé est le Premier Ministre de la France et prend courageusement en main la renaissance de Bordeaux. Les automobiles tournent ou bouchonnent encore inlassablement autour de la Cathédrale Saint André. Ce vendredi matin aux premières lueurs de l’aube, la cour d’honneur du Palais Rohan accueille d’étranges visiteurs en combinaisons blanches au volants d’automobiles d’un autre temps. Le drapeau tricolore à la main, à 8 heures précises, le Premier Ministre donne le départ, un à un, à ces curieux équipages qui arborent sur leurs capots la plaque du 1° Rallye International des Cathédrales et sur leurs portières des numéros qui leur font croire qu’ils deviennent pour trois jours les héros d’une aventure routière. Voilà longtemps qu’ils en rêvaient. Les occasions sont rares.

Débarrassée de ces intrus, et à l’injonction du Patron, la vie reprend vite dans les services de la Mairie. Les drôles d’automobilistes, eux, piétinent avenue Thiers pour quitter Bordeaux en direction de la cathédrale de Bourges qui les accueillera ce soir. Peut-être, si tout va bien !

Dans cette troupe aux couleurs des Automobiles d’Hier et d’Autrefois, on a reconnu le Président Dominique Geffré, ses assesseurs et ses amis dont font partie Yves Baillot d’Estivaux, Alain Martinet et votre Président. Le cortège est enluminé des ors de la Gamine qui deviendra vite la mascotte de la compagnie. Les hommes et les machines sont facétieux. Jean Pierre Armandet, l’organisateur, l’est aussi ! L’esprit est né.

Septembre 2005. Le rallye des Cathédrales a failli sombrer faute de participants l’année précédente. Pour le 10° anniversaire, les AHA relèvent le gant. 23 équipages bordelais composent plus d’un tiers de l’effectif du Rallye International des Cathédrales. François Arsène, dans le numéro 1191 de LVA, s’enthousiasme, sur deux pleines pages, du renouveau de ces institutions. Bordeaux n’est plus qu’un grand chantier. La Cathédrale Saint André révèle ses entrailles et se souvient du mariage d’Aliénor d’Aquitaine. La cathédrale de Bazas assurera l’intérim. Les hommes et les machines persistent dans leurs facéties. Jean Pierre Armandet aussi ! L’esprit les sauve.

Septembre 2014. L’envie est venue de renouer, après quelques années de bouderie, avec les fondements qui ont scellé l’amitié du groupe initial. L’esprit sans doute ! Le temps a pourtant fait son œuvre. La mort a emporté plusieurs des premiers animateurs. La vieillesse en a isolé d’autres. Elles n’ont pas affecté notre mémoire. La vie, dans sa grande bonté, nous a offert de nouveaux amis décidés à prendre la relève. Les AHA s’appellent désormais ACSO Classic. L’esprit n’a pas changé. La Cathédrale Saint André et la cour d’honneur de la Mairie sont devenues inaccessibles aux automobiles. Qu’importe ! A Sainte Eulalie, le Père Vareilles, dans son église et Monsieur Laporte, dans sa mairie, ont compris notre requête : la bénédiction et le drapeau tricolore sont au rendez-vous du départ matinal des sept équipages bordelais qui vont perpétuer la tradition. Les hommes et les machines  n’ont pas beaucoup progressé en sagesse. Jean Pierre Armandet non plus. L’esprit est sauf !

Pierre WEHNER


Découvrez au format pdf ce bulletin du mois de septembre 2014 de l'ACSO Classic !

Bulletin acso classic septembre 2014bulletin-acso-classic-septembre-2014.pdf (216.91 Ko)

Rallye des cathedrales

L'intégralité de ce site, des photographies et des documents qui y sont présents sont sous copyright © Automobile Club du Sud Ouest. Tous droits de diffusion et de reproduction réservés.