Les Allées de Los Angeles

Nous l’avons vu lors de la dernière chronique, face aux initiatives qui se multiplient à la fin des années 1940 et alors que le Championnat du monde de Formule 1 vient de voir le jour en regroupant les épreuves majeures du calendrier, l’ACSO décide très rapidement de se lancer dans le grand bain des Grands Prix. Nous allons revenir sur le tracé du Circuit des Quinconces, et notamment une voie spécialement créée à cette occasion.

11

La nouvelle courbe, en noir sur ce dessin, au pied du Monument aux Girondins

Lors de l’une des réunions préparatoires de l’épreuve, une idée fusa, une proposition claire et pourtant tellement invraisemblable : « Pourquoi pas les Quais et le tour des Quinconces ? » Place la plus étendue d’Europe occidentale avec ses 12 hectares de superficie, la Place des Quinconces a été aménagée à l’emplacement de l’ancienne fortification du Château-Trompette, et possède une large esplanade en son centre bordée par deux Colonnes Rostrales sur les Quais (érigées en 1829) et par une colonne qui se dresse depuis 1902 en hommage aux députés Girondins de l’Assemblée Constituante de la Révolution. Cette colonne a perdu durant la guerre les chevaux marins, en bronze, qui se situaient à son pied. Enlevés par les troupes Allemandes pour les faire fondre, ces chevaux ont été miraculeusement sauvés et retrouvés en 1945. Toutefois, il faudra attendre le 23 février 1983 pour les voir revenir orner leurs bassins…

Mais  immédiatement les problèmes surgissent, liés à ce circuit urbain : les nombreuses habitations autour de la Place des Quinconces, le revêtement des Quais avec ses pavés très irréguliers, les rails du tramway avec son réseau particulièrement développé et étendu,…

Après une inspection sur site le 10 novembre 1950, le plan définitif du circuit est présenté lors d’une réunion qui se tient dans les locaux de l’ACSO à la fin du mois de janvier 1951. L’accord de la Mairie et des différents services liés à l’urbanisme va permettre la mise en place de ce tracé. Les contre-allées de la Place des Quinconces, dites Allées charretières et plus tard dénommées Munich et Bristol, sont alors élargies et goudronnées, à l’image des Allées d’Orléans situées en bordure d’immeubles.

De plus, au plus près du monument aux Girondins, une voie est spécialement créée de toute pièce par les équipes municipales, dans le but de doubler l’axe existant au pied de l’Hémicycle, et ainsi d’éviter le passage des monoplaces aux abords des immeubles d’habitations. Pour réaliser cette voie, dans un premier temps dédiée à la compétition, il est demandé au pilote Albert Divo de concevoir la courbe de ce virage de 232 mètres. Ou très exactement 232,034 mètres !

En 1953, le champion moto Georges Monneret possède un avis intéressant sur le virage du monument aux Girondins. A propos de ce virage, qui représente incontestablement le morceau de bravoure du tracé, il indique que « c’est un virage à entourloupettes ! On rentre dedans à 110, on croit sortir à 100 et on débouche sur la ligne droite à 130… »

Axe créé spécialement pour l’épreuve, et donc symbole des Grands Prix de Bordeaux, le virage dessiné par Albert Divo au pied de la colonne des Girondins a vu défiler les automobiles durant plusieurs décennies après avoir été ouvert seulement quelques jours dans ses premières années. Cette courbe est dénommée officiellement Allées de Los Angeles suite au jumelage de Bordeaux avec la cité Californienne. Scellé au bord d’une piscine de los Angeles entre les maires Jacques Chaban-Delmas et Sam Yorty le 26 mai 1964, ce jumelage est officialisé à Bordeaux en octobre de la même année. Signe des temps, ces allées sont depuis le lundi 10 avril 2006 fermées à la circulation automobile et réservées au nouveau tramway bordelais. Peut-être pouvez-vous donc à l’occasion voir la rame baptisée « Los Angeles » emprunter cette courbe !

11 bis

Sur les Allées de Los Angeles, en 2014, le tramway souhaite la bienvenue aux voitures de collection lors du Bordeaux Classic Day

Cet article a été rédigé par son auteur spécialement pour le site internet de l’ACSO Classic

années 1950 années 2000 années 1960

L'intégralité de ce site, des photographies et des documents qui y sont présents sont sous copyright © Automobile Club du Sud Ouest. Tous droits de diffusion et de reproduction réservés.