Motobloc

Charles Schaudel, ancien armurier militaire, se reconvertit avec succès dans l’automobile naissante. En 1897, il applique à une automobile l’idée de génie de réunir dans un même carter le moteur, la boîte de vitesses et l’embrayage (Emile Dombret, futur patron de l’entreprise fait breveter l’invention par la suite en y intégrant le volant central, spécificité des moteurs Motobloc). Pour la première fois, ces trois organes principaux ne font qu’un bloc et c’est ainsi que naît le 19 avril 1902 la société anonyme des Automobiles Motobloc, installée 102 rue des Vivants, à La Bastide. Pour emblème la marque utilise les trois croissants de la ville de Bordeaux avec la devise « toujours en croissant ».

Sa production de qualité prend très vite une place de choix parmi les constructeurs de ce nouveau système de locomotion. Des canots automobiles sont également produits. La participation de Motobloc aux grandes épreuves sportives : Paris – Madrid 1903, Grand Prix de l’ACF 1907 et 1908, premier rallye de Monte-Carlo 1911, développe sa réputation. Des agents et concessionnaires sont implantés en Angleterre, en Espagne et à Paris, ainsi qu’en Amérique latine, en Argentine et au Brésil.

8 111 ans

Une Motobloc vue lors de la commémooration des 111 ans de la marque organisée par L'Essieu Bordelais dans le quartier de La Bastide

En 1914, 300 ouvriers s’activent rue des Vivants et la production comprend des 4 et 6 cylindres de 10 à 20 CV, ainsi que des camions de 2,5 tonnes. La guerre stoppe la production automobile et développe celle des munitions, tels que des obus de 105 mm et même celle des moteurs d’avions Salmson. La reprise est difficile, la fabrication de voitures en grande série et à faible coût par Citroën ou Ford porte un coup fatal à la marque.

En 1927, la société ne comporte plus que 90 employés. La présentation, en 1929, d’une 15 CV 6 cylindres (moteur américain Lycoming) à quatre roues indépendantes et en 1930 d’une 11 CV 6 cylindres n’empêche malheureusement pas Motobloc de déposer son bilan en 1933, victime, comme beaucoup d’entreprises, de la grave crise économique des années trente.

8 motobloc

L’activité automobile terminée, Motobloc oriente ensuite sa production vers la construction mécanique de précision, moteurs diesel, moteurs de cyclomoteurs, sous-traitance aéronautique. L’entreprise est stabilisée mais la perte de contrats importants et les impayés de gros clients contraignent Motobloc à cesser définitivement son activité en 1961.

Cet article a été publié pour la 1ère fois par son auteur dans le livre « Dictionnaire de Bordeaux », publié aux éditions Loubatières en 2006

années 1890 années 1900 années 1910 années 1920 années 1930 années 1960

L'intégralité de ce site, des photographies et des documents qui y sont présents sont sous copyright © Automobile Club du Sud Ouest. Tous droits de diffusion et de reproduction réservés.

N'oubliez pas le prochain repas de l'ACSO Classic

ce mercredi 23 août !

Pensez à réserver votre place auprès de l'ACSO